France : les inégalités riches/pauvres se réduisent en trompe l’oeil

C’était la bonne nouvelle de ce mois de septembre 2015 : il y a un peu moins de pauvres en France selon l’Insee et ses données de 2013. Mieux : les inégalités entre les riches et les pauvres se réduisent dans l’Hexagone et tout ça pourrait faire penser que la situation est positive. Sauf qu’à y regarder de plus près, en fait, c’est tout le contraire.

Moins de pauvres… grâce aux allocs

Si l’Insee confirme que le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté diminue entre 2012 et 2013 passant de 14,3 % à 14 %… ce n’est pas grand-chose. De nombreuses associations ont même estimé que cette baisse n’est que mathématique et ne se traduit pas par une réalité de terrain. Et comment pourrait-elle ?

Si les pauvres sont un peu moins pauvres c’est surtout… grâce aux allocations qui ont été revalorisées, notamment les aides au logement et le RSA. Car le chômage, lui, n’a cessé d’augmenter. Ainsi, malgré cette “amélioration” ce ne sont pas moins de 8,6 millions de personnes qui vivent avec moins de 1 000 € par mois en France. 65 % des bénéficiaires du RSA et 45 % des retraités au minimum vieillesse sont dans cette situation.

Les riches sont moins riches… à cause de la hausse des impôts

Autre “bonne nouvelle” : les riches seraient moins riches. Et ce serait une bonne nouvelle puisque les inégalités entre riches et pauvres se réduisent donc en France. Mais ce n’est pas comme si l’argent qu’ont en moins les plus riches est allé dans les poches des plus pauvres (ce qui réduirait vraiment les inégalités). Non, il est allé dans les poches de l’Etat.

Les 10 % plus riches de France, dont les revenus annuels dépassent 37 200 € par an, ont subi de plein fouet la hausse des impôts et les diverses réformes qui ont réduit la pression fiscale sur les ménages les plus pauvres et l’ont fortement augmentée sur les ménages les plus aisés. Mathématiquement, donc, ils ont en effet moins d’argent disponible. Mais c’est à peu près tout.

Conclusion : les pauvres sont moins pauvres car les allocs sont plus élevées et les riches sont moins riches car ils payent plus d’impôts. Mais la richesse globale n’est pas mieux distribuée…

Par Amandine Vanstaevel _ Les radins.com